Nouvelles démissions au conseil municipal de Cazères... et nouvelle élection avant Noël

Nouvelles démissions au conseil municipal : Daniel Grimaldi quitte la majorité et l'opposition se retire. Cette fois les Cazériens n’y échapperont pas : ils repasseront par les urnes.
Publié le: 2023-09-15 14:46:03
Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Accusamus quos id harum qui eos libero fugit distinctio, iste similique quibusdam
Décidément à Cazères, on ne range jamais les urnes ! Les administrés avaient élu – comme tout le monde en France – leur conseil municipal en mars 2020 ; ils avaient ensuite été invités à "rejouer" le scrutin en septembre 2021 ; ils y reviendront encore avant la fin de cette année 2023. Depuis le début du mandat, l’équipe de Jean-Luc Rivière a perdu, petit à petit, plusieurs de ses membres. Aujourd’hui, c’est Daniel Grimaldi qui jette l’éponge, le fruit d’une "mûre réflexion" indique-t-il. Il avait déjà envisagé cette démission par le passé, cette fois il est passé à l’acte. L’élu en a informé le maire à travers un courrier déposé à l’accueil de la mairie, il l’a confirmé par mail puis dans une lettre avec accusé de réception. Après neuf mois de pause – une gestation ! – la valse des démissions a donc repris (Le "calendrier" de la valse est ici ): dans la foulée de Daniel Grimaldi, cinq conseillers de l’opposition 1 ont également déclaré forfait. Ainsi, 12 conseillers de la majorité ont quitté le navire, 17 restent encore sur le pont (pour 21 sièges disponibles). En face, sous la conduite d’Ahmed Hamadi, l’opposition s’était d’abord contentée de "regarder la majorité se déchirer" avant d’entrer dans le jeu. Sur les 29 candidats susceptibles de siéger, 23 avaient déjà démissionné ou annoncé leur refus de siéger ; ils sont suivis aujourd’hui par cinq autres partants. Il n’en reste qu’une (pour 6 sièges). Soit un conseil municipal composé de 18 membres, sur 27 sièges disponibles. 18 sur 27 : c’est insuffisant pour continuer à gouverner. La loi prévoit que si un tiers des sièges ne sont pas occupés, il convient de procéder à une nouvelle élection, dans un délai de trois mois. Faute de combattants, le combat cesse donc. Ce combat-là en tout cas, car un autre va rapidement commencer à travers une nouvelle campagne municipale – la 3e en trois ans et demi. Rendez-vous avant Noël. "Ceux qui voulaient élire un nouveau maire il y a un an et demi sans faire voter les Cazériens sont aujourd’hui ceux qui démissionnent pour empêcher le fonctionnement du conseil municipal" commente Jean-Luc Rivière. Allusion claire à son opposition. "Sans leur démission, le conseil était en mesure de poursuivre son travail". Confiant, le maire de Cazères regrette que ses opposants n’aient pas "supporté le vote démocratique et l’alternance". Et il entame déjà la campagne en rappelant que son équipe et lui ont déjà tenu leurs trois principales promesses de campagne, avec "la réouverture de la piscine et plus de 5000 entrées cette année"; le "ramassage des déchets verts" ; et la "baisse de la fiscalité" avec un recul d’un point de la taxe foncière – mesure qui "sera pérennisée jusqu’en 2026" lance-t-il. Car "évidemment", il sera de nouveau candidat, pour poursuivre les projets en cours ou à venir ("festival de la rivière et du fleuve", "animations culturelles toutes les semaines" ou autres travaux…). Confiant à l’approche du scrutin, il ajoute : "On a travaillé, on travaille encore. Les Cazèriens le savent et le voient".
Source:

Quelques suggestions